Nos publications

Intérêts socio-économique de la réutilisation des eaux usées traitées pour l'irrigation agricole et la production indirecte d'eau potable : analyses coûts-bénéfices des cas de Clermont-Ferrand et de Cannes

Résumé
Les projets de réutilisation des eaux usées traitées font rarement l’objet d’analyses économiques. Lorsque c’est le cas les coûts et bénéfices sociaux et environnementaux ne sont pas correctement pris en compte ou quantifiés. Nous montrons ici que la méthodologie d’analyse coût-bénéfices (ACB) permettant d’évaluer la rentabilité d’un projet à l’échelle d’un territoire peut être adaptée à l’évaluation de projets de réutilisation des eaux usées traitées. La méthodologie employée est bien maitrisée et les difficultés de mise en oeuvre sont davantage liées à la complexité du système. L’opérateur doit en effet être en mesure de comprendre, de formaliser et d’imaginer les contraintes et les risques associés à différents domaines tels que l’urbanisme, l’agriculture et l’hydrologie.

Les incertitudes résiduelles sur les valeurs de paramètres clés peuvent être prises en compte par l’étude de différents scénarios et/ou par des approches stochastiques. Nous illustrons cette approche à travers les études de cas français de Clermont-Ferrand où des eaux usées traitées sont réutilisées par un réseau collectif d’irrigation, et de Cannes où la recharge de milieux permet la réutilisation indirecte pour différents usages dont la production indirecte d’eau potable. Ces études de cas illustrent comment l’analyse économique peut aider à la prise de décision.

 

Document en anglais

Voir le document

Réutiliser de l'eau pour irriguer autour de la Méditerranée : un pas vers un cycle plus vertueux?

Résumé

Le changement climatique et une population croissante autour de la Méditerranée augmentent les besoins en eau et, par conséquent, la pression sur les ressources en termes de quantité et de qualité. L’eau de haute qualité devrait être principalement réservée à l’eau potable tandis que l’eau récupérée est une alternative pour d’autres usages.

Un aperçu de la situation en Tunisie, en Jordanie, en France et en Italie impliquant l’utilisation d’eau recyclée met en évidence la disparité des réglementations nationales régissant cette ressource en eau alternative et dans sa gestion.

D’une part, l’utilisation d’eau recyclée pour l’irrigation peut avoir un impact négatif sur la santé publique et l’environnement, en fonction des pratiques de traitement et d’irrigation. D’un autre côté, il peut aussi représenter une nouvelle source d’eau : les eaux usées ne doivent plus être considérées comme des déchets mais plutôt comme une nouvelle ressource à gérer dans un modèle d’économie circulaire. Les connaissances scientifiques actuelles dans les sciences agronomiques et environnementales, ainsi que dans les sciences économiques et sociales, peuvent être intégrées et utilisées pour réduire le risque associé grâce à la gestion efficace de l’irrigation utilisant de l’eau recyclée et pour répondre aux questions suivantes:

(i) Comment peut-on gérer les besoins en nutriments des cultures, qui varient dans le temps, pour assurer une réutilisation environnementale sûre dans un cadre adapté d’évaluation des risques ?

(ii) Quels modèles socio-économiques peuvent rendre cette approche intégrée durable?

(iii) Quels systèmes de traitement et technologie d’irrigation peuvent être utilisés pour soutenir ces idées et avec quelles informations?

(iv) Quels changements dans la réglementation sont nécessaires?

 

Document en anglais

Voir le document

Rapport COSTEA-Ecofilae - Réutilisation des eaux usées pour l’irrigation agricole en zone péri-urbaine de pays en développement

Sur la base de retours d’expériences détaillés, d’une mise à jour des connaissances récentes et d’analyses des pratiques, des freins et des solutions opérationnelles, Ecofilae a élaboré un guide qui oriente les lecteurs-acteurs dans leur projet de réutilisation des eaux usées. Ce projet a été mené pour le compte du COSTEA et de l’AFEID.
(suite…)

Pin It on Pinterest